Le livre de la génèse

Genèse 1:1-19 /Genèse 1:20-31 /Genèse 2:1-14 /Genèse 2:15-25 /Genèse 3:1-13 /Genèse 3:14-24 /

Genèse 2:1-14 // 22.09.2009 1 Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. 2 Dieu acheva au septième jour son oeuvre, qu'il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu'il avait faite. 3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu'il avait créée en la faisant. 4 Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. 5 Lorsque l'Éternel Dieu fit une terre et des cieux, aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore : car l'Éternel Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol. 6 Mais une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol. 7 L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. 8 Puis l'Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé. 9 L'Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l'arbre de la vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. 10 Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. 11 Le nom du premier est Pischon ; c'est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l'or. 12 L'or de ce pays est pur ; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d'onyx. 13 Le nom du second fleuve est Guihon ; c'est celui qui entoure tout le pays de Cusch. 14 Le nom du troisième est Hiddékel ; c'est celui qui coule à l'orient de l'Assyrie. Le quatrième fleuve, c'est l'Euphrate.

COMMENTAIRES CHAQUE JOUR LES ECRITURES

«En six jours l'Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il s'est reposé et a été rafraîchi» (Exode 31:17). Il est lui-même réjoui de la joie qu'il a préparée à sa créature. Dans la création, nous admirons la puissance de Dieu, capable de disposer des milliards d'étoiles dans l'immensité des cieux, d'imposer des limites à la mer, de contrôler les forces de la foudre et du vent, capable aussi de former un homme avec une poignée de poussière (Psaume 8:3). Nous admirons également sa sagesse qui a mesuré les temps et les saisons, déterminé un équilibre de toute la nature, donné des lois aux plantes et des instincts aux animaux (Psaume 104:24). Mais admirons aussi sa bonté. Il a fait les cieux, étendu la terre sur les eaux, établi de grands luminaires..., «car sa bonté demeure à toujours» (Psaume 136). Avec la tendresse d'une mère qui a préparé d'avance tout ce qui sera nécessaire à l'enfant qu'elle va mettre au monde, Dieu place l'homme dans des conditions idéales. Il l'installe dans un jardin de délices où il pourra participer au repos de son Créateur. En soufflant dans ses narines «une respiration de vie» (verset 7), Dieu en fait (à la différence de la bête) une âme vivante et impérissable, responsable devant Lui.

COMMENTAIRES DE CHEZ NOUS

Après nous avoir révélé un Dieu qui goûte au repos et au contentement de ce qu'il a créé, voici le Dieu de vie ! Une vie que rien n'arrête, que rien n'étouffe, à laquelle rien n'échappe ! Regardez plutôt : aucune herbe ne pousse encore ? Il fait s'élever une vapeur qui arrose toute la terre. L'homme, fait de poussière, doit être cet être vivant ? Un souffle de son Esprit, et voilà l'homme debout et bien vivant. Sa création a besoin d'eau ? Faisons sortir un fleuve d'Eden pour arroser le jardin ! Quelque soit notre besoin 'vital', nos situations 'sèches', notre espace trop confiné, le Dieu de la Vie est magnifiquement capable de pourvoir ! Il a toutes les ressources pour nous renouveler, nous relever et nous envoyer dans sa vie abondante alors que nous goutons à son repos !