Le livre de la génèse

Genèse 1:1-19 /Genèse 1:20-31 /Genèse 2:1-14 /Genèse 2:15-25 /Genèse 3:1-13 /Genèse 3:14-24 /

Genèse 2:15-25 // 23.09.2009 15 L'Éternel Dieu prit l'homme, et le plaça dans le jardin d'Éden pour le cultiver et pour le garder. 16 L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; 17 mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. 18 L'Éternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. 19 L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme. 20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui. 21 Alors l'Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. 22 L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme. 23 Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. 24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. 25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.

COMMENTAIRES CHAQUE JOUR LES ECRITURES

Dieu a placé l'homme au centre de sa belle création pour l'administrer comme un gérant. Il ne lui a défendu qu'une chose: manger du fruit de l'arbre de la connaissance. Cette mise à l'épreuve de son obéissance correspond à sa position de créature responsable. L'homme n'est pas comme l'animal soumis à des impulsions irraisonnées. Il est créé libre, donc tenu d'obéir à son Créateur. Nous assistons au premier acte de l'administration d'Adam: attribuer des noms aux êtres vivants. Ceux-ci sont là pour servir l'homme, mais quel que soit leur degré d'intelligence, aucun ne correspond à ses facultés supérieures, ni non plus aux exigences de ses affections. Or la solitude ne convenait pas pour l'homme; il lui fallait quelqu'un pour partager ses pensées, jouir avec lui des dons divins, et rendre grâces avec lui à Celui qui les avait accordés. L'amour de Dieu comprend ce besoin et y répond en donnant à l'homme une femme, aide intelligente et douée d'affections comme lui. En même temps nous avons là le mystère de l'Église, épouse d'un Christ entré dans le sommeil de la mort et qu'Il reçoit maintenant de la main de Dieu pour la nourrir et la chérir (Éph. 5:29?). «Ce mystère est grand» s?écrie l?apôtre : «nous sommes membres de son corps, de sa chair et de ses os».

COMMENTAIRES DE CHEZ NOUS

Nos contemporains se sont beaucoup moqués de ce passage concernant l'origine de la femme en le considérant tantôt absurde, tantôt misogyne, en tout cas scandaleux. Rappelons que dans l'Antiquité les femmes étaient considérées comme des objets dont les hommes étaient propriétaires au même titre que les meubles et les chèvres. La Bible montre que Dieu, qui est attentif au bien-être de ses créatures, a voulu créer pour l'homme « une aide qui soit son vis-à-vis ». Et lorsque l'homme voit la femme, il la reconnaît tout de suite comme étant « os de ses os et chair de sa chair », c'est-à-dire une personne comme lui. L'homme et la femme ont été créés pour être des individus complémentaires, égaux sans être identiques, des partenaires unis à l?image du Dieu Trinitaire. C'est pour cela que Paul peut écrire aux Corinthiens que « dans le Seigneur, la femme n'est pas sans l'homme, ni l'homme sans la femme » et que « tout vient de Dieu » (1 Corinthiens 11.11-12). Louons donc Dieu de nous avoir fait tels que nous sommes, homme ou femme, dans son amour bienveillant.